Mon panier
0 article0,00 $US
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5

Le commutateur de puissance DMOS interne du LT3952 facilite la commande de LED de forte puissance. Ce convertisseur élévateur DC/DC compact associe des boucles de régulation de l’intensité en entrée et sortie avec une régulation de la tension de sortie et fonctionne en source de courant / tension. Avec une gamme de tensions d’entrée de 3 V à 42 V, il couvre un vaste champ d’applications.

Le LT3952 alimente jusqu’à seize LED blanches (350 mA) sous une tension d’entrée nominale de 12 V. La détection de courant en amont convient aux modes élévateur, abaisseur, abaisseur-élévateur ou SEPIC. Les interférences électromagnétiques sont réduites grâce à une modulation de fréquence interne par étalement de spectre. Le rendement dépasse 94 % en mode élévateur (pas besoin de radiateur !). En cas de LED en court-circuit ou ouverte, le circuit est protégé par un dispositif interne. Une broche spécifique permet à l’utilisateur de fixer lui-même la fréquence entre 200 kHz et 3 MHz. À 2 MHz, le rendement dépasse 90 %.

Avec un signal de commande PWM externe, le commutateur PMOS permet d’obtenir des rapports de variation de luminosité de 1 à 4 000. La broche CTRL permet d’atteindre un rapport de 1 à 10, tandis qu’avec le générateur PWM interne le rapport de luminosité pourra varier de 1 à 5.

Le LT3952EFE est disponible en boîtier TSSOP de 28 broches.

posté dans Components posté 30 avr. 2015 11:40:13

Les imprimantes 3D se multiplient, mais la numérisation tridimensionnelle des objets est en retard. Ce qui relègue l’impression 3D au rang d’option trop coûteuse pour la plupart des passionnés. D’un autre côté, nous possédons tous un téléphone tactile de nos jours. C’est pourquoi il était tout à fait logique de tirer parti de cette caméra qui ne nous quitte pas. Bientôt, il vous suffira d'agiter votre téléphone à proximité d’un objet pour capturer une image 3D de celui-ci.

Alors que les systèmes existants sont encombrants, la grande nouveauté c’est que ce scanner 3D est assez petit pour tenir dans un ordiphone. Son secret est une puce au silicium appelée « imageur cohérent nanophotonique » (ou ICN) qui utilise une palette de capteurs Lidar ; on obtient ainsi une sorte de radar à laser pour déterminer la taille d’un objet et la distance à laquelle il se trouve, grâce à la mesure de la lumière laser réfléchie par l'objet. Le plus étonnant est donc la taille de l’ICN, qui tient sur une puce d’un millimètre carré seulement, ce qui facilite son intégration dans un téléphone tactile.

Pour l’instant, l’ICN ne possède qu’une seule matrice de seize éléments Lidar disposés en carré, de sorte que les scans sont limités à seize pixels de résolution. Les créateurs de Caltech ont toutefois développé une technique pour numériser des objets plus grands, par morceaux de 4 × 4 pixels. Le scanner produit des résultats très détaillés, comme la surface d'une pièce de monnaie au micron près, à 50 cm de distance. L'extension du dispositif à des résolutions beaucoup plus élevées en utilisant de plus grands réseaux de ces minuscules capteurs Lidar est déjà prévue. Compte tenu de la rapidité de l'évolution des appareils photo et caméras numériques au cours des deux dernières décennies, on peut déjà commencer à rêver d’une tout autre sorte de selfies.

posté dans Components posté 16 avr. 2015 11:20:16

Les vêtements électroniques qui surveillent notre corps et sa santé vont-ils nous rendre fous ? On n’en sait encore trop rien, mais on en trouve de plus en plus et ils prennent des allures assez futuristes. Cela ravira tous ceux qui parmi nous, avant de vouloir un T-shirt qui compte les calories, ont longtemps rêvé de la combinaison lumineuse de Tron. Réjouissez-vous, les fibres textiles luminescentes seront bientôt partout.

Les cellules électrochimiques polymères émettant de la lumière ou PLECs (pour Polymer Light-emitting Electrochemical Cells), comme beaucoup d'autres appareils lumineux, ont une structure composée de deux électrodes métalliques reliées à une mince couche organique qui agit comme un semi-conducteur. Ces PLECs sont fabriquées sous forme de fibre à partir d'un fil d'acier ultra-mince couvert de nanoparticules d'oxyde de zinc puis d'un polymère électroluminescent qui diffuse une lumière jaune ou bleue. Ce fil synthétique est ensuite enrobé d’une couche translucide de nanotubes de carbone. Ces fibres s’illuminent progressivement sur une période de 21 minutes, puis s’assombrissent peu à peu en quatre heures. La fibre s’allume quand une tension de 5,6 V est appliquée et la lumière atteint un pic d'intensité sous 13 V. Lorsque la fibre est pré-chargée, elle a un temps d’allumage similaire à celui de LED classiques.

L’éclat de la lumière émise par les fibres n’est que faiblement tributaire de l'angle de vision. Même pliées, ces fibres gardent plus de 90 % de leur luminosité. Aucune détérioration notable n'a été observée. La tenue de Tron n’est peut-être pas si loin...

posté dans Components posté 2 avr. 2015 11:20:12

Les passionnés d’électronique, friands de projets Arduino, seront sûrement intéressés par cette nouvelle carte : Qduino Mini. Il s’agit de la première carte compatible Arduino avec chargeur et jauge de batterie. Tout un programme !

La carte Qduino Mini est compatible Arduino et basée sur l’ATmega32U4, le cœur de l’Arduino Leonardo. Elle est dotée d'un circuit de chargement de batterie autour du contrôleur MCP73832 de Microchip. Ce circuit simplifie la charge de la batterie par USB grâce à un circuit de commutation automatique. Vous n’aurez plus à vous soucier de l’alimentation de votre projet : chargez et programmez sur la même prise USB !
Le tout est accompagné d’une jauge de charge de la batterie. Elle dispose d'un modeste afficheur relié au circuit de jauge MAX17048 de Maxim. La carte Qduino Mini est d’un faible encombrement et légère : 2,6 cm x 3,9 cm pour 5 g. C’est parfait pour un embarquement sur des drones ou des ballons de haute altitude. Les batteries au lithium polymère sont également compactes, donc adaptées à l’intégration dans un projet.

Le jour où les premières Qduino Mini seront expédiées, tous les fichiers de conception, y compris les fichiers EAGLE, les schémas et le code, seront publiés sous une licence de type code source ouvert. Pas mal pour un adolescent ! Le créateur Quin Etnyre n’a que 14 ans, mais il est déjà à la tête de son entreprise, Qtechknow, qui vend des capteurs plug and play compatibles Arduino et des cartes destinées à aider les débutants à se lancer dans l'électronique et les microcontrôleurs.

posté dans Components posté 26 mars 2015 11:00:40

La rigidité des composants, entre autres limites matérielles, restreint parfois la créativité, ne permettant pas toujours la concrétisation d’une idée. À l’heure de l’électronique embarquée, la flexibilité est un paramètre nouveau à prendre en compte dans le cahier des charges.
Electric Paint est un fil liquide, conducteur d’électricité, utilisable pour la soudure à froid ou comme colle conductrice. Non toxique, sans solvant et soluble dans l'eau, il est parfait pour le prototypage, la réparation des circuits imprimés et la peinture de circuits et de capteurs sur toute surface. Adéquat pour une utilisation en basse tension continue, Electric Paint peut également être utilisé comme potentiomètre.

L’équipe londonienne de Bare Conductive produit également une carte à microcontrôleur basée sur Arduino, appelée Touch Board, dotée d’une puce tactile capacitive, d’un processeur audio (VLSI VS1053B), d’un lecteur MP3, d’un lecteur de cartes SD, d’un chargeur de batterie Li-Po et enfin de 12 lignes connectables directement, par exemple à des plaquettes Electric Paint, pour émettre des sons au moyen du lecteur MP3 ou pour d'autres fonctions comme la communication sans fil ou la commande de moteur grâce à une extension pour Arduino. 

posté dans Components posté 22 janv. 2015 11:10:14
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5

CONTACTEZ-NOUS