haut de la page
Mon panier
0 article0,00 $US
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
L’homme invisible arrive (sous cape)

La cape d’invisibilité ne restera pas longtemps l’apanage d’Harry Potter. Elle n’aura rien de magique, mais sera faite de métamatériaux. Ces composites artificiels interagissent avec les ondes de façon non conventionnelle, de sorte que le comportement de la lumière (ou du son) défie, en leur présence, les lois de la nature. Les métamatériaux imitent la façon dont les atomes interagissent avec la lumière, avec des structures artificielles beaucoup plus petites que la longueur d'onde de la lumière. Cela leur confère des propriétés optiques affranchies des limites imposées par les matériaux constitutifs.

Les réactions à la lumière d’un métamatériau sont déterminées par les propriétés de ses unités constituantes et l’organisation de ces sous-unités. Cristian Della Giovampaola et Nader Engheta de l'Université de Pennsylvanie ont utilisé deux sous-unités aux propriétés opposées. Ils ont associé des morceaux nanométriques d'argent et de silice, qui interagissent avec la lumière de manière différente, l’un étant un métal (conducteur), l'autre un isolant.

Le principe de la cape d'invisibilité repose sur un traitement de la lumière comparable à celui que les circuits électroniques infligent aux flux d'électrons. Lorsque des ondes électromagnétiques (comme la lumière) frappent du métal ou du bois, elles se dispersent, c’est ainsi que nous voyons l'objet. Si le même objet est enveloppé par un matériau artificiel qui dévie l’onde incidente sans la disperser, il devient invisible. Pour l’heure, les métamatériaux permettent déjà de produire des angles de réfraction négatifs, renversant l'image comme sur la photo.

posté 25 sept. 2014 11:20:16
Courir comme une fusée

L’image du réacteur dorsal fait rêver tout le monde et stimule l’imagination. C’est le vieux fantasme de l’homme-volant. Le récent projet dont il est question ici n’a pas pour objectif de faire voler son porteur, mais de lui faire parcourir un mile (1,6 km) en quatre minutes, en améliorant sa vitesse et son agilité. Le 4MM (pour 4 Minute Mile) se porte sur… le bas du dos. Ses deux propulseurs exercent une poussée vers l’arrière et vers le bas, et entraînent donc le coureur vers l’avant en le soulevant un peu.

Des chercheurs de l'Arizona State University (ASU), travaillant sur des systèmes robotiques d’aide aux amputés, ont été sollicités par l’agence de recherche militaire américaine Darpa en quête d’un appareil permettant de courir plus vite. Le jetpack a donc été conçu pour permettre à des soldats d'entrer en action rapidement et d’en sortir tout aussi vite.

En dépit des 5 kg que pèse le prototype qu’il portait pour les essais, un sujet capable de courir le mile en 5’20’’, a signé un temps de 5’02’’ avec le jetpack, en dépensant sensiblement moins d'énergie. Des résultats encourageants. Les prochains modèles feront mieux ou seront moins lourds, peut-être les deux. 

posté dans Automotive posté 25 sept. 2014 11:10:50
Toucher des images en 3D

La réalité virtuelle s’adresse de façon spectaculaire à notre sens de la vue, mais notre sens du toucher, lui, est frustré par la 3D. Plus pour longtemps grâce au progrès de l’haptique en 3D, qui permet à l’utilisateur de palper du bout des doigts l’objet virtuel qu’il regarde sur un écran. Cette 3D palpable leurre le cerveau en combinant les images 3D perçues par l'œil avec des vibrations produites par un dispositif miniaturisé de la taille d’une pièce de monnaie.

« Ce procédé vous donnera le sentiment que vous pouvez toucher des objets dans le monde de la 3D », déclare Natsuo Koda, directeur de la technologie de l’entreprise japonaise Miraisens. Le spectateur pourra donc pousser et tirer des objets virtuels dont l’image est projetée sur le moniteur de son casque-écran. Il peut pour l’instant presser des boutons virtuels en guise de test, dont la résistance est ressentie au bout des doigts.

On parle de ce genre de procédés depuis quelques années, mais il semble que la commercialisation d’applications pratiques soit imminente. Les possibilités ne manquent pas, dans le monde du jeu vidéo notamment, mais aussi pour l’impression en 3D précédée par une phase de sculpture virtuelle qui permettrait d’introduire aisément des données complexes,. On a souvent parlé aussi de la chirurgie à distance comme champ d’application. Plus modestement, pour faciliter la vie quotidienne de personnes atteintes de déficiences visuelles, de tels systèmes haptiques pourraient être intégrés dans stylos, des bâtons ou des cannes.

posté dans Computer/Software/Internet posté 25 sept. 2014 11:00:39
Le numéro d’Elektor d'octobre 2014 est en kiosque
Ce n’est pas parce qu’en octobre nous passerons à l’heure d’hiver qu’Elektor s’intéresse aux horloges en temps réel dans ce numéro de la revue, mais parce que ce sont désormais des composants compacts, complets et précis. Octobre est aussi la période de l’année où nous allumons la lumière de plus en plus tôt en fin de journée ; avez-vous déjà pensé à mesurer la luminosité réelle des lampes halogènes et des lampes à LED que l’on nous recommande d’utiliser ? Faites-le avec le nouveau luxmètre universel d’Elektor (de 1 à 100 000 lux). Dans ce numéro, d’autres projets réjouiront le lecteur curieux : antenne ferrite à gyrateur, transformateurs à circuits gravés, module capteur de température à interface RS-485, gradateur PWM pour baladeuse à LED, horloge Nixie à récepteur GPS, le cocktail habituel de montages, d’astuces et de trouvailles que nous partageons avec la communauté des passionnés d’électronique.

Passez chez votre marchand de journaux, mais pour profiter pleinement des avantages offert par la revue, la meilleure solution et celle qui nous assure le soutien le plus efficace, c’est l’abonnement.
posté dans Elektor posté 18 sept. 2014 11:40:51
Circuits imprimés souples pour vêtements intelligents

Qui dit électronique, dit circuit imprimé ou PCB, pour printed circuit board, c’est-à-dire un support rigide. Or, avec l’émergence des vêtements dits intelligents, dans lesquels on intègre des circuits électroniques, le besoin de supports souples se fait pressant. Une nouvelle technique appelée tricotage informatisé permet de fabriquer des « circuits tissés » (fabric circuit boards, ou FCB).

Les FCB combinent des matériaux métalliques fibreux conducteurs et du tissu traditionnel. Les fils sont l'équivalent des circuits de cuivre sur une carte normale, tandis que le tissu joue le rôle du support qui maintient l’ensemble en place et isole les conducteurs les uns des autres. Les circuits tissés finis peuvent être tridimensionnels, ils résistent à la flexion, à l’étirement et au lavage. Pour l’utiliser dans un gilet pare-balles, les chercheurs de l'Université Polytechnique de Hong Kong ont même étudié le comportement du FCB lorsqu’il est frappé par un projectile. Il peut encaisser quelques balles sans dommage. Il supporte environ 1 million de cycles d’étirement et de pliage répétés. Le test de lavage a été moins concluant : six des 30 échantillons testés ont été (légèrement) endommagés par une trentaine de lavages. Un résultat malgré tout respectable.

Les vêtements enrichis en FCB pourraient être dotés d’électronique, ou simplement utilisés pour connecter des périphériques. De petits panneaux solaires sur le dos ou les épaules permettraient d’alimenter une batterie, ou de recharger sans fil votre téléphone. Des capteurs biométriques pourraient également être intégrés dans les vêtements. Selon l'équipe, le FCB basique est prêt à l'emploi. Tout ne sera donc qu’une question de coût…

posté 18 sept. 2014 11:20:04
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5

CONTACTEZ-NOUS