haut de la page
Mon panier
0 article0,00 $US
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
Siffler sur la comète

Même posé comme une mouchette sur un baba au rhum, le petit robot Philae nous fait rêver sur sa comète. Une belle occasion de réfléchir à l'électronique dans l'espace...

À l'inverse des êtres vivants organiques, l'électronique n'a pas besoin d'eau, d'oxygène, de nourriture ni de sommeil pour fonctionner. Cette apparente supériorité ne la place toutefois pas à l'abri de quelques défis de taille pour les voyages spatiaux. On pense d'abord à l'approvisionnement en électricité, assuré par des batteries solaires. Comme Philae nous l'a rappelé, il suffit parfois d'un peu d'ombre pour gâcher le tableau.
La thermorégulation ensuite, est à repenser complètement. Sans atmosphère, les faces exposées au soleil chauffent à blanc, tandis qu'à l'ombre, elles gèlent. Sans gravité, pas de convection non plus. En effet, les fluides n'ont aucun poids, qu'ils soient chauds ou froids !
Après le coup de l'omelette norvégienne, l'espace nous sert aussi des poulets rôtis. Le vent solaire n'a rien d'une bise printanière. Le magnétisme de la Terre nous en protège mais dès que nous franchissons les ceintures de Van Allen (700 km), nous sommes exposés à ce rayonnement ionisant. À faible dose, il induit un bruit électronique qui peut perturber les calculs, mais rapidement, on constate des dégâts irréversibles, surtout dans les semi-conducteurs.
Indépendamment du soleil, les sondes Pioneer et Voyager qui ont approché Jupiter et Saturne nous ont montré que ces planètes géantes produisent un champ électromagnétique tellement puissant qu'il déforme leurs propres lunes.
Heureusement, il existe des techniques de « durcissement » pour protéger les composants. On durcit l'isolant, grâce à un blindage supplémentaire, et pour l'intérieur, on privilégie des substrats à large bande interdite, qui résistent mieux aux radiations. En complément, on durcit aussi la logique. On multiplie par trois les éléments vitaux et on soumet chaque opération à un vote afin d'assurer la fiabilité de l'ensemble.

Quant aux sondes qui ont résisté à Jupiter, il faut avouer que c'est en partie grâce à leur ancienneté. Les microprocesseurs actuels sont nettement plus fragiles. Autrement dit, la loi de Moore n'inclut pas la garantie !

Laï laï laï laï laï, laï laï laï laï, laï laï laï laï {bis}

Oh oh, oh oh {bis}

posté dans Components posté 20 nov. 2014 11:20:06
Adieu, obsolètes batteries !

Les batteries alourdissent le coût des voitures électriques autant qu’elles lestent le véhicule électrique lui-même. Sans oublier les limites qu’elles imposent à l’autonomie des véhicules électriques par rapport à celle des véhicules à essence. Un nouveau film supercondensateur récemment mis au point pourra-t-il changer la donne ? Constitué d’une couche d'électrolyte prise entre deux couches de graphène, ce condensateur est capable de libérer une grande quantité d'énergie en un court laps de temps, un point essentiel pour l'accélération.

Le film capacitif serait intégrable dans plusieurs zones du véhicule (panneaux de carrosserie, toit, plancher, portières) en quantité suffisante pour fournir au véhicule l'énergie requise et permettrait de se passer d’une partie des batteries.
Plus écologique et plus économique que les batteries Li-Ion, il peut être complètement chargé en quelques minutes, là où il faut plusieurs heures pour une batterie classique ; hélas, il n’est pas (encore) capable d’accumuler autant d'énergie, mais les chercheurs américains et australiens à l’origine du projet n’ont pas dit leur dernier mot.
Leur but est d’obtenir un supercondensateur capable de stocker plus d'énergie qu'une batterie Li-Ion, mais avec une libération de l’énergie jusqu'à 10 fois plus rapide. Une charge complète donnerait une autonomie de quelque 500 km, comme celle des voitures à essence, et plus du double de la limite actuelle des voitures électriques. Si ça marche, on en entendra forcément parler.

 

 

posté dans Power Supplies posté 20 nov. 2014 11:10:47
La cuillère qui donne du goût à l’eau

Oubliez les condiments, prenez une cuillère, mais pas n’importe laquelle. Celle-ci utilise le courant électrique pour susciter certains goûts sur la langue. Aussi f(l)ou que cela puisse paraître, cette technique est une réalité. Baptisée simulateur de goût numérique, elle transmet de minuscules impulsions électriques sur la langue via des électrodes. En faisant varier la fréquence et l'ampleur du courant, on peut simuler quatre goûts différents : sucré, salé, acide et amer. En stimulant plus d'un sens à la fois, par exemple en associant différentes lumières colorées, comme le bleu pour le salé, des chercheurs ont constaté une intensification de la saveur perçue.

Une sucette numérique et une bouteille d'eau au goulot équipé d’électrodes ont également été créées à l'Université de New York d’Abu Dhabi, et testées par 30 volontaires avec de l'eau et de la farine d'avoine. Selon les goûts que l’appareil essayait de reproduire, les participants ont évalué sa capacité entre 40 et 83 %. L’amertume est apparemment la plus difficile à créer. Chez certains sujets, le goût métallique des électrodes altère les autres saveurs.

Une fois que ces nouveaux ustensiles seront au point, ils pourraient être utiles aux personnes atteintes de certaines maladies, comme les diabétiques obligés d’éviter le sucre ou les personnes souffrant d'hypertension qui doivent réduire l'apport en sel. En outre, ils pourraient également rendre service aux patients atteints de cancer, dont le sens du goût est diminué pendant la chimiothérapie.

posté dans Home & Garden posté 20 nov. 2014 11:00:23
CARTES 2014 : Les absents ont toujours tort !

Curieuse impression, cette année, en arrivant sur le salon CARTES SECURE CONNEXIONS, au parc des expositions de Villepinte : pas trace des habituels stands géants de Gemalto ou Morpho. En réalité, ces deux poids lourds du secteur s'étaient repliés dans deux petites salles de réunion, tout au fond du hall, auxquelles on n'accédait guère que sur rendez-vous. Le concept de la « grand-messe » sur un stand coûteux aurait-il vécu ? Oberthur y est tout de même resté fidèle, pour le moment du moins.
Il faut dire que des centaines d'exposants bien plus modestes, venus de 140 pays, tirent fort bien leur épingle du jeu en se contentant de minuscules espaces. Ce sont peut-être plutôt eux qui attirent 20 000 visiteurs, après tout. À tout prendre, il est effectivement plus intéressant de participer pour de vrai à des démonstrations avec nos propres cartes (évidemment indiscrètes) que d'assister à des présentations soigneusement aseptisées... Et puis repartir avec quelques échantillons fonctionnels en poche ne manque pas de charme, une pratique qui n'a pas vraiment cours chez les « majors » !

On ne change pas une équipe qui gagne !

L'an dernier, dix minutes avaient suffi pour percer le secret des nouveaux badges RFID « chiffrés » donnant accès aux salons CARTES 2013 et MILIPOL. Cette année, l'affaire a été pliée en moins de cinq minutes, car pratiquement rien n'a changé ! Les données personnelles invariables (à commencer par le nom du porteur) sont toujours enregistrées au même endroit et de la même façon, ce qui prouve que la clef de chiffrement n'a pas été modifiée (ce que les meilleurs experts conseillent pourtant de faire « souvent »).
En 2013, l'identifiant « secret » du salon était CRTSMPO13, mais cette année, si nous le décodons avec cette même clef, nous trouvons CRTSZTJ14. Que peuvent bien signifier ces trois lettres ZTJ, puisque les badges ne donnaient accès qu'à un seul salon ? Là, nous donnons humblement notre langue au chat...

Comme si une telle négligence ne suffisait pas, les visiteurs préinscrits ont reçu un courriel de rappel, dans lequel figuraient à la fois leur identifiant (adresse e-mail) et leur mot de passe réputé confidentiel : tout le nécessaire pour une usurpation d'identité en bonne et due forme, si d'aventure ce message tombait dans des mains mal intentionnées ou simplement espiègles.
Mieux vaut en rire qu'en pleurer, car les conséquences seraient limitées, mais c'est tout de même un comble, de la part des organisateurs d'un salon qui s'appelle désormais CARTES SECURE CONNEXIONS... Nous verrons bien, l'an prochain, comment les militaires apprécieront la plaisanterie, si toutefois le jumelage des salons CARTES et MILIPOL est reconduit. On prend les paris ?

posté dans Education & Information posté 13 nov. 2014 11:30:16
Foin des rotors, place aux ailes robotisées !

Regardez dans le ciel, qu’est-ce donc ? Un oiseau ? Un avion ? C’est l’un et l’autre, c’est un oiseau-robot baptisé Bionic Bird. Il peut être commandé à l'aide du magnétomètre et de l’accéléromètre de votre téléphone tactile. Le volatile communique en Bluetooth jusqu’à 100 m. Après une charge rapide en 12 mn, son autonomie de vol est d’environ huit minutes.

Le chargeur portable (800 mAh) peut être ravitaillé par un port USB en une heure environ et présente un socle pour poser l'ornithorobot. Celui-ci ne pèse que (9,2 g) ; sa batterie au lithium polymère hybride de 50 mAh peut alimenter un vol de six minutes à pleine vitesse, à raison de 18 battements d'ailes par seconde, ou environ huit minutes de vol normal, soit une distance d’environ 1,8 km. L'angle de la queue peut être ajusté pour des vols lents ou rapides, de sorte que vous pourrez vous entraîner au vol à l'intérieur.

Une application gratuite peut être téléchargée pour commander l'oiseau. Il y a deux modes de commande qui utilisent l’un et l’autre les fonctions tactiles du téléphone pour la commande des gaz. Pour diriger l'oiseau, le mode « facile » et intuitif utilise l'accéléromètre du téléphone, alors que le mode « difficile » recourt aux fonctions tactiles.

Selon l’entreprise française qui a construit l'oiseau, une paire d'ailes de remplacement est incluse. Plutôt utile si vous envoyez par mégarde votre oiseau dans un mur ou droit vers sol. Le corps de l'oiseau, fait d'une mousse robuste, supporte les impacts à pleine vitesse.
Les objectifs d’évolution à l’étude sont une commande dynamique de l'angle de la queue pour le vol lent, le vol stationnaire, et une caméra HD pour suivre la vidéo en direct sur un téléphone.

posté dans Hobby & Modelling posté 13 nov. 2014 11:20:29
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5

CONTACTEZ-NOUS